Tagliatelles au thon et à la tomate

Comme moi vous aimez sans doute les pâtes, c’est un plat que tous les enfants adorent, et on peut les décliner à l’infini. C’est également un plat convivial, facile à réaliser et surtout économique. Je vous propose aujourd’hui une recette réalisée avec la machine à pâtes PC750 Simeo, pour des pâtes sans additif, et sans conservateurs. J’aime savoir ce qu’il y a dans l’assiette de ma tribu, on est quand même six à table, j’aime beaucoup leur servir des repas "fait-maison" mais sans passer des heures en cuisine.

Vendue par le site Iménager.com, (qui a obtenu la note Fianet de 9,5/10 quand même, respect !) cette machine à pâtes Simeo est vraiment polyvalente, puisqu’elle vous permet de réaliser 13 formes de pâtes … oui, vous avez bien lu, 13 !! Vous n’avez plus qu’à choisir la recette de pâtes fraîches qui vous plaira dans le petit recueil fourni avec la machine : nouilles, tagliatelles, vermicelles, spaghetti, linguine, fusili, rotini, papardelle, fagiolini, macaroni, lasagne, fedelini, cappelletti. Il suffit de changer la grille située devant la machine.

TAGLIATELLES AU THON FUME ET A LA TOMATE
pour 6 personnes

Temps de préparation : 15 minutes
Temps de cuisson : 5 minutes
Niveau : facile

Ingrédients pour les pâtes :

  • 500 g de farine
  • 200 g d’eau
  • 1 cuillérée à soupe d’huile d’olive
  • une pincée de sel

Ingrédients pour la garniture :

  • 2 boîtes de thon fumé
  • 10 tomates séchées à l’huile d’olive
  • 3 cuillérées à soupe d’huile d’olive
  • un bouquet de ciboulette
  • sel, poivre

Confectionner les pâtes en suivant les instructions du livret (c’est vraiment simple, ne vous en faites pas !)

Dans un grand saladier, mélanger le thon fumé et les tomates séchées à l’huile d’olive.

Faire cuire les pâtes dans un grand volume d’eau salée, égoutter.

Verser dans le saladier avec la garniture, ajouter l’huile d’olive, saler, poivrer, bien mélanger, et servir.

Ciseler les brins de ciboulette, parsemer sur chaque assiette.

Billet sponsorisé

Macarons au coquelicot

Comme promis voici la recette du macaron au coquelicot, que j’avais préparé pour la finale du concours du meilleur macaron amateur à Nantes (voir article ici).

J’ai réduit de 30% mes quantités habituelles, pour ne pas à avoir à faire cuire beaucoup de macarons sur place.

Un premier essai de décoration des coques avait été fait avec des bonbons au coquelicot réduits en poudre, et appliqués sur les coques, après petit badigeonnage au blanc d’oeuf pour une bonne adhérence de la poudre.

MACARONS AU COQUELICOT
pour une cinquantaine de coques soit 25 macarons

  • 2 x 49 g de blancs d’oeufs
  • 140 g de poudre d’amandes
  • 140 g de sucre glace
  • 140 g de sucre en poudre
  • 28 g d’eau
  • colorant rouge

Pour la ganache :

  • 100 g de couverture ivoire
  • 1 cuillérée à soupe de sirop de coquelicot
  • 2 cuillérées à soupe de confit de coquelicot
  • 5 cl de crème liquide
  • 10 cl de crème liquide
  • 3 g de miel d’acacia
  • un peu de colorant rouge

Mixer la poudre d’amandes avec le sucre glace pendant environ 10 minutes.

Tamiser le tout au dessus d’un gros cul de poule.

Mettre le sucre semoule et l’eau dans une petite casserole à fond épais et cuire le sirop en le montant à 118°C.

Pendant ce temps,monter les premiers 49 g de blancs en neige (au kitchenaid c’est l’idéal) avec une pincée de sel.

Quand le sucre atteint 110°C passer la vitesse du batteur à la puissance maximale, puis réduire au moment de verser le sucre cuit pour éviter les risques d’éclaboussures.Faire bien attention de verser en filet sur la paroi du bol du robot.

Remonter la vitesse du batteur et laisser tourner jusqu’à ce que la meringue soit bien refroidie (ajouter si besoin le colorant)… à environ 45°C..  on la dit alors "en bec d’oiseau".

Incorporer les 49 g de blancs d’oeufs restants,  non montés aux poudres tamisées et bien mélanger : le geste doit être vigoureux pour obtenir une pâte lisse et souple.

Ajouter ensuite la meringue italienne en 3 fois et macaronner : ce geste est primordial pour obtenir de belles coques :avec la maryse, faire des "aller-retours" à la surface de la pâte … assez rapidement et assez fort … bien faire attention de ne pas trop macaronner:la pâte doit être lisse et souple mais pas liquide … elle doit former un ruban quand on soulève la maryse. (vous pouvez aussi utiliser une corne)

Mettre la pâte à macarons dans une poche à douille, avec une douille lisse de 10 mm ,et former de petits ronds bien réguliers sur une plaque recouverte de papier cuisson  en les intercalant pour bien laisser circuler l’air entre chaque.

Taper 3 fois la plaque sur le plan de travail et laisser croûter le temps de préchauffer le four.

Enfourner à four chaud : 150°C pendant 16 minutes.

Pour garnir :

Couper la couverture ivoire en petits morceaux.

Dans une casserole, faire chauffer les 5 cl de crème liquide avec le miel, jusqu’à frémissement.

Verser sur la couverture ivoire en 3 fois en émulsionnant avec une maryse pour obtenir une texture bien brillante.

Ajouter le sirop et le confit de coquelicot, laisser refroidir quelques minutes, ajouter les 10 cl de crème liquide et placer au froid jusqu’au lendemain.

Fouetter en chantilly avec un batteur, mettre en poche à douille unie et garnir les coques de macarons.

Réserver 48 heures au froid avant dégustation.

et voici la déco que j’avais faite pour la finale du concours du meilleur macaron amateur, juste parsemés de graines de pavot bleu :

Le banana split contest

J’ai participé hier soir à un challenge un peu fou imaginé par l’équipe de Geek and Food (vous savez …. ceux qui avaient organisé le Kitchen Lab à Paris !) … le banana split contest !

Dans le cadre du marché de la mode vintage qui se déroulera à Lyon du 2 au 3 juin, un certain nombre d’animations ont lieu sur la ville, cette année le thème est "les années 80" …

Nous étions donc 6 binômes / trinômes blogueuse culinaire + styliste de mode pour imaginer une version exclusive du banana split, dans l’esprit années 80, et aussi originale que possible. Seule contrainte : faire un plat sucré, avec de la banane.

C’est dans la boutique du cuisiniste SieMatic qu’a eu lieu le concours, (ah la la les cuisines, je vous raconte pas !) avec chouette ambiance sonore, maquilleuse et coiffeur, photographes et journalistes …

On a sorti nos ingrédients, Aurélie Chauvin nous briefe sur les modalités de l’épreuve, le matériel qui est mis à notre disposition, etc … attention, ça moufte pas dans les rangs !

On se met au travail … une petite heure seulement pour une recette qu’on n’a pas encore testée, on fait plutôt dans le simple avec ma binôme Graziella Petitjean, styliste de sa marque MyAccordeon. Nous avons piqué des brochettes gourmandes de banane, bonbon banane et cerise confite sur de petites bananes frécinette. La crème liquide n’était pas très fraîche donc assez difficile de monter cela en chantilly, mais on a fait avec, nous l’avons colorée en jaune pour rester dans les tons …

Les brochettes sont un peu bancales, mais on arrive à apporter nos quatre assiettes sur la grande table un peu plus loin où le jury goûtera, appréciera et notera chaque banana split.

Les réalisations sont dans l’ensemble très colorées et imaginatives ! Chaque membre du jury remplit consciencieusement sa grille de notation, pendant ce temps les candidats vont décompresser un peu et papoter dehors !



Puis c’est l’heure du verdict …. c’est l’équipe composée d’Estelle, Sarah et Amandine qui remporte le premier prix ! bravo les filles !

Tous les candidats reçoivent néanmoins un sac avec quelques cadeaux, et nous concluons la soirée par un petit cocktail bien mérité !

Merci au magasin SieMatic de nous avoir accueillis, à la maison Pelen pour le chocolat et les glaces, à Fabienne, Stéphanie et Quentin du collectif Geek & Food, et à toute l’équipe du marché de la mode vintage pour ce concours !

N’oubliez pas : ce soir, COLOR BLOCK PARTY de 21 h à 2 h au Billard Charlemagne, 84 Cours Charlemagne – Lyon 2 (soirée 80’s / 90’s)

Par contre le "brunch driver" prévu dimanche est annulé en raison des mauvaises condition météo … quel dommage !

Edit : l’article d’Amandine ici :
http://lestartelettesdamandine.wordpress.com/2012/05/05/banana-split-contest-gagne-recit-dun-dessert-presque-parfait/

celui d’Estelle S.ici :
http://www.quileutcuit.fr/recettes-cuisine/banana-split-contest-les-resultats.html

celui de Chocoladdict ici :
http://www.chocoladdict.fr/2012/05/le-banana-split-dans-tous-ses-etats/

celui de Delphine ici :
http://www.legoutdesotres.fr/dancing-banana-split-revisite3/

et celui de Stéphanie ici :
http://stephatable.blogspot.fr/2012/05/banana-split-contest-les-blogueurs.html

Prague (III)

Après les trois articles remplis de photos plutôt classiques de la ville de Prague, j’ai voulu conclure avec un Prague vu "de l’autre côté de la lorgnette", avec des détails qui peuvent échapper lors d’une visite rapide, ou des scènes incongrues …

Comme vous le savez j’essaie de capturer la poésie présente dans tout lieu où je passe, avec ma petite boîte noire ;-)

J’espère que cette série vous plaira, et si je peux répondre à vos questions sur Prague, je le ferai avec plaisir ! J’ai également les coordonnées d’une guide qui parle français (avec un charmant accent) et qui fait des visites à la demande pour les touristes.

Si vous avez loupé le premier article c’est ici, et le deuxième !

Amoureux sur un banc devant la Vltava, qui traverse Prague

Toujours sur la Vltava, une rangée de pingouins jaune vif non loin de la berge, non, ce n’est pas une hallucination due à l’absinthe !

Stand de restauration rapide (et saucisses) dans la Ville Nouvelle

Oeufs en plâtre peints à la main … et superbe couronne de Pâques sur une porte de la Ruelle d’Or !

Une poupée russe qui fait peur : l’affiche du musée du communisme de Prague

Plus sympas, ces petites figurines en bois peint, non ? j’adore les couleurs !

Pas énormément de chiens dans Prague … mais des petits sacs sont à disposition pour le popo !

Il y a un métro à Prague … j’ai aimé le design assez austère mais avec des couleurs vives qui règne sous terre !

Des articles en céramique accrochés sur le volet d’une boutique dans le quartier du Petit Côté … comme je regrette de ne pas en avoir acheté ! j’aime ces tons bleus !

Juste en face de l’ambassade de France, le mur John Lennon, et pas très loin … les cadenas de l’amour (lovepadlocks) au dessus du Čertovka Kanal (Canal du Diable)

Une plaque de rue dans Mala Strana (le petit Côté en français)

Reflets … reflets !! des maisons situées en face de cet immeuble aux vitres de verre !

Détail d’un banc de Prague

C’est ici la fin du voyage, j’espère que cet itinéraire en trois volets vous a dépaysé ….

Ah et j’oubliais, nous séjournions à l’hôtel Clarion Old Town, classé localement 4* mais à mon avis cela correspond davantage à un 3* norme française. Il est situé dans le quartier de la Vieille Ville, à la limite du Quartier Juif. Les chambres ont tout le confort, sont bien insonorisées, diposent d’une télévision, coffre-fort, mini-bar, sèche-cheveux … wifi gratuit avec câble dans la chambre, ou sans fil à la réception et au restaurant au rez-de-chaussée. J’ai trouvé la literie un peu dure, mais ça ne m’a pas gênée outre-mesure.

CLARION OLD TOWN
Hradebni 9, Prague 1

Photo gourmande de Mouni Abdelli

Je viens de recevoir le livre "Photo Gourmande" de Mouni Abdelli, auteure du célèbre blog "RdV aux mignardises" et je suis séduite ! Vous ne savez peut-être pas que Mouni travaille également pour l’agence Sucré-Salé, une référence en photographie culinaire en France.


Le format du livre n’est pas trop imposant, on peut le transporter un peu partout, même avec soi pour un photoshoot.

Articulé en cinq chapitres qui passent en revue les informations techniques à maîtriser pour réaliser vos photographies, les améliorer (vitesse, ouverture, etc …) il donne également quelques conseils pour la construction de votre image, le stylisme culinaire, la mise en place, et mise en valeur du plat que vous souhaitez immortaliser.  N’est pas oubliée la post-production, qui est de nos jours incontournable, pour corriger les petits défauts qu’une image peut comporter. J’ai aussi aimé la petite partie "D.I.Y.", où Mouni vous explique par exemple comment bricoler vous-même une "light-box" ou boîte à lumière, qui vous permettra de prendre des photos sans ombre ou reflets gênants.

Le livre est bien sûr riche en illustrations car rien n’est plus parlant qu’une photo, cela vaut bien des explications !

Je le recommande à tous les photographes amateur qui souhaitent, par exemple pour illustrer leurs recettes sur leur blog, maîtriser davantage les images qu’ils véhiculent.

PHOTO GOURMANDE
de Mouni Abdelli
14 euros

Editions Eyrolles
Dispo sur Amazon.fr

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 31 autres abonnés